Aller au contenu principal

Mérite du CIQ: l’optométriste Daniel Forthomme obtient un prix

11 décembre 2018

L’Ordre professionnel des optométristes a remis un prix Mérite du CIQ à Daniel Forthomme en décembre dernier en raison de son grand engagement pour le développement de la pratique ici comme ailleurs dans le monde. Membre de l’Ordre depuis 1963, cet optométriste d’origine belge a un parcours riche au cours duquel il a mis ses connaissances et ses compétences au service des étudiants en optométrie et des plus démunis.

Forcé d’abandonner son rêve d’une carrière en aviation en raison de son importante myopie, M. Forthomme s’est alors tourné vers l’optométrie lorsqu’est venu le temps d’étudier à l’université. Après des études à l’Institut d’optique de Bruxelles en optique photo, il est parti étudier dans le seul programme universitaire d’optométrie en français du Canada : à l’Université de Montréal. Depuis sa graduation en 1963, celui qui est aussi détenteur d’un doctorat en pathologie a été professeur à cette université la majorité de sa carrière. Aussi directeur de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal de 1985 à 1989, M. Forthomme a terminé sa carrière en pratique privée, dont il a récemment pris sa retraite.

 

Assurer l’autonomie de la pratique

À titre de professeur, il souhaitait que ses étudiants développent une autonomie qui leur permettrait d’améliorer leur pratique quotidienne au cours de leur carrière. Cette volonté d’autonomie s’est aussi illustrée au passage de M. Forthomme à la direction de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal. En effet, il a travaillé pour améliorer la qualification universitaire du corps professoral en permettant à plusieurs jeunes professeurs de poursuivre leurs études au 3e cycle.

« L’École d’optométrie a un statut particulier, car ce n’est pas une faculté. Par conséquent, j’avais la crainte à l’époque qu’elle soit absorbée par une faculté. Je ne voulais pas que l’optométrie perde son autonomie, donc j’ai eu l’idée de prévenir cette situation par le perfectionnement des professeurs. Avec un corps professoral de haut calibre, j’estimais que l’École d’optométrie resterait distincte », explique M. Forthomme.

 

Un professeur sans frontières

Au cours de sa carrière, celui qui préférait nettement l’enseignement pratique a eu l’idée de lancer au début des années 1990 des missions humanitaires bénévoles, car l’optométrie est une profession peu développée à l’extérieur de l’Amérique du Nord. « J’avais sollicité tous les bureaux d’optométrie pour avoir leurs vieilles lunettes destinées à être jetées. Après un bon nettoyage, nous partions principalement en Amérique du Sud avec 5 ou 6 étudiants à la fois et avec près de 600 montures recyclées », affirme-t-il.

Puisqu’à cette époque, il y avait moins de pratique clinique pour les étudiants en optométrie, M. Forthomme explique que cette initiative en a intéressé plusieurs. Sur près de 10 ans, il a effectué une vingtaine de missions dans divers pays comme Haïti, le Honduras, les Philippines, le Pérou et l’Équateur. « Durant mon premier voyage à Haïti, j’ai été stupéfait par la pauvreté. Nous jetons des tas de lunettes, mais, pour eux, c’est un cadeau. Par exemple, après notre passage, des femmes pouvaient recommencer à coudre et un cordonnier a pu recommencer à travailler », illustre-t-il.

En plus du volet humanitaire important, M. Forthomme souligne aussi que ces voyages étaient une manière hors du commun de développer les compétences de ses étudiants. « Leur apprentissage était très intéressant. Les maladies ici sont rares, car elles sont dépistées et traitées plus tôt, ce qui n’est pas le cas là-bas. C’était donc très formateur », explique celui qui avait le souci de la compétence comme motivation première.

D’ailleurs, son initiative a mené à la fondation d’Optométristes Sans Frontières. « Nous avons des compétences uniques au monde, donc c’était important pour moi de les partager et de faire rayonner la pratique d’optométriste », conclut celui qui aura marqué plusieurs générations d’optométristes au Québec.

 

Le Conseil remercie « La Personnelle » qui agit à titre de commanditaire officiel dans la production et la remise du « Prix du CIQ » et des « Mérite du CIQ ».

FERMER X MEMBRES