Aller au contenu principal

Trois solutions pour favoriser l’intégration des professionnels formés à l’étranger

12 février 2019

Le Conseil interprofessionnel du Québec rend public un portrait de l’intégration des personnes formées à l’étranger au sein des 10 ordres professionnels recevant annuellement plus de 80% des demandes de reconnaissance de formation. Ce document intitulé Enjeux et solutions – L’intégration professionnelle des personnes immigrantes constitue une contribution du CIQ aux travaux du Pôle de coordination pour l’accès à la formation présidé par l’Office des professions du Québec.

Faits saillants – Enjeux

  • Temps moyen d’évaluation d’un dossier par l’ordre professionnel : 3 mois
  • Temps d’attente pour accéder à une formation d’appoint : entre 3 et 18 mois
  • Temps moyen pour compléter une formation d’appoint : 1 an et demi
  • Reconnaissance complète d’équivalence de la formation : 1 personne sur 3
  • Reconnaissance partielle nécessitant une mise à niveau : presque 2 personnes sur 3
  • Refus de reconnaissance d’équivalence : 3% des dossiers
  • Abandon de la mise à niveau : 34% des personnes ayant une reconnaissance partielle
  • Nombre de professionnels sur l’ensemble de l’immigration économique : 11,5%
  • Nombre de demandes traitées en 2016-2017 : 3 661

« Dans le cadre de ses travaux, le CIQ a regroupé les ordres les plus touchés par la question des professionnels formés à l’étranger afin d’établir un portrait fidèle de la situation permettant de dégager les grandes tendances ainsi que des pistes de solutions pour faciliter l’intégration de ces derniers à l’économie québécoise  », a expliqué madame Gyslaine Desrosiers, présidente du CIQ.

Trois pistes de solution

  • Augmenter l’accessibilité à la formation d’appoint et aux stages
  • Informer adéquatement les personnes en amont de leur arrivée au Québec
  • S’assurer que les personnes candidates ont accès au financement nécessaire pour terminer le parcours de mise à niveau

« À la lumière de ces données, il apparait essentiel que tous les acteurs travaillent conjointement afin de répondre aux trois grands défis ciblés dans ce sondage : le manque d’information avant l’arrivée au Québec, la difficulté d’accès aux stages et à la formation d’appoint ainsi que le manque de financement pour permettre la complétion du parcours. Ces pistes de solution sont réalistes à mettre en œuvre et permettraient aux professionnels immigrants d’intégrer un ordre professionnel plus rapidement, notamment en réduisant le taux d’abandon, afin de décrocher un emploi de plein potentiel », a conclu madame Desrosiers. Environ 14% des nouveaux permis émis annuellement le sont à des professionnels formés à l’étranger. Cette proportion se compare au poids démographique de la population active issue de l’immigration au Québec.

À propos du Conseil interprofessionnel du Québec

Le Conseil interprofessionnel du Québec est le regroupement des 46 ordres professionnels qui comptent collectivement près de 390 000 membres, dont 61 % sont des femmes, exerçant 54 professions réglementées. Il est la voix collective des ordres sur des dossiers d’intérêt commun et agit à titre d’organisme-conseil auprès du gouvernement.

FERMER X MEMBRES