Aller au contenu principal

Gyslaine Desrosiers, nouvelle présidente du CIQ

7 juin 2016

Sur la photo, les membres du comité exécutif 2016-2017: Claude Leblond, secrétaire, Danielle Boué, Gyslaine Desrosiers, présidente, Nathalie Rodrigue, vice-présidente, Gérard Guay, René Mongeau, Alain Bernier, trésorier.

Lors de l’assemblée générale annuelle tenue le 13 mai dernier, les représentants des ordres professionnels ont élu Gyslaine Desrosiers présidente du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ).

Infirmière de profession, détentrice d’un MBA et administratrice de sociétés certifiée (ASC), madame Desrosiers est bien connue des différents acteurs du système professionnel, car de 1992 à 2012, elle a agi comme présidente-directrice générale du plus gros ordre professionnel, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Parmi ses multiples réalisations, soulignons plus particulièrement son rôle-clé dans les discussions, l’adoption et la mise en œuvre du projet de loi 90, adopté en 2002, pièce maitresse de l’organisation professionnelle des services de santé et des services sociaux au Québec. Elle fut également signataire de l’Accord de reconnaissance des qualifications professionnelles avec l’Ordre national infirmier de France (ONI).

Récipiendaire du Prix du CIQ en 2013, Mme Desrosiers a contribué à divers dossiers du Conseil, dont la mobilité professionnelle, la collaboration interprofessionnelle ainsi que la mise en place d’un processus volontaire de médiation entre les ordres.

Active sur la scène internationale, Mme Desrosiers est également la présidente fondatrice du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF), une organisation qui regroupe aujourd’hui des membres de plus de 30 pays.

Le magazine Châtelaine l’a désignée en 2009 parmi les 100 femmes les plus influentes du Québec.

Des priorités proches de ses convictions

La nouvelle présidente déclare être prête, d’entrée de jeu, à faire face aux grandes priorités du Conseil. « Nous sommes à l’aube d’une nouvelle planification stratégique. Donc je vais m’inscrire dans la continuité des travaux », a spécifié Mme Desrosiers.

Le projet de loi 98, première étape de la réforme globale du Code des professions, est sans contredit le grand dossier qui retiendra, à court terme, l’attention du CIQ. Mme Desrosiers a souligné, s’adressant aux membres du Conseil lors de l’assemblée générale, l’importance de se concerter pour se faire entendre dans le débat entourant ce projet de loi déposé le 11 mai dernier à l’Assemblée nationale par Mme Stéphanie Vallée, ministre de la Justice.

Mme Desrosiers a également manifesté sa volonté de contribuer à consolider la position d’interlocuteur valable, crédible et respecté du Conseil auprès des parties prenantes du système professionnel.

Elle souhaite également que le CIQ se positionne face aux grands enjeux d’intérêt public. À cet égard, elle se dit en accord avec la nouvelle planification stratégique de l’Office des professions qui invite les ordres à s’inscrire dans une contribution sociétale et à contribuer aux grands débats publics.

Mme Desrosiers veut également mettre en valeur les activités des ordres en matière de protection du public. « Les ordres ont des pratiques de gestion très responsables et je trouve extrêmement dommageables les accusations de corporatisme auxquelles ils font face ». La présidente souhaite que le Conseil et les ordres soient plus proactifs afin de démontrer le bilan des actions posées dans le cadre de la réalisation de leur mission.

FERMER X MEMBRES